Que sont-ils devenus ? Jacques DUPLAT.

1 déc. 2017

Dès qu’il le peut, Jacques Duplat assiste régulièrement à nos réunions amicalistes, à chaque fois ravi d’y rencontrer des anciens collègues mais aussi d’être au sein de la société des anciens de la Poste aux armées, service où il a œuvré pendant plus de 22 ans !! Il est entré à la Poste aux armées en 1969 ! Il y a là de quoi a y avoir fait un nombre conséquent de connaissances, fréquenté pas mal de bureaux postaux militaires et comme on dit, d’en avoir vu passer du monde. Surtout que la carrière militaire l’a amené à franchir beaucoup de frontières sur divers continents.

Sa première affectation l’a dirigé d’emblée aux FFA à Offenbourg au bureau postal militaire (BPM) 510. De 1970 à 1971, il effectuera un séjour d’un an à Phnom Penh au Cambodge. Ensuite comme tout postier militaire qui se respecte, il a enchainé les affectations, à savoir :
- Paris armées 01 et ensuite Paris armées 02 à la caserne de Lourcine pour des remplacements.
- Direction le Pacifique, pour une mutation Outre-mer  en Polynésie-française où dans le même temps sera crée le BPM 702 B de Fangataufa (octobre 1973), poste qu’il occupera pendant un  an.
- Retour en métropole, plutôt en Allemagne au BPM 519 de Villingen.
- En 1978, direction le Liban au BPM 125 avec l’ONU et une affectation temporaire à l’antenne transit d’Ersilia en Israël.
- Ayant rejoint les FFA pour affectation au BPM 562 de Landau et effectué bon nombre de remplacements dans les bureaux annexe, il est muté à Berlin au BPM 600. A l’issue il regagne le BFH et par la suite le BPM 416 à Tübingen.
- Après ces diverses affectations sur le sol allemand, le dépaysement africain s’offre à lui pour une mission extérieure au BPM 630A de Bouar en Centre-Afrique.
- Retour aux FFA au BFP de Trèves en remplacement de Loubet.
C’est en 1991 que Jacques Duplat réintègre son corps d’origine, à savoir La Poste, qui entre temps avait pas mal évolué par rapport aux années 70. Après avoir été affecté au bureau de Paris 16, il ira exercer à Muzillac dans le Morbihan et plus tard retournera à Paris : Paris 14 Brune, et ce, jusqu’à sa retraite en 2003.

Voici retracé dans les grandes lignes, un parcours fort atypique, comme seuls les postiers militaires peuvent en être fiers ! Car passer de guichetier à guichetier polyvalent est certes un parcours classique, mais à la Poste aux armées, celui qui se débrouille bien (comme disaient les anciens) sera vite appelé à remplacer le chef de bureau (receveur des postes) et ensuite très rapidement être désigné sur un territoire donné pour faire ses preuves et parfois… quelques cheveux blancs.

Merci à Jacques Duplat de nous avoir brossé brièvement sa carrière « aux armées » principalement à la Poste aux armées et nous comptons sur lui pour nous narrer les anecdotes qui n’ont pas dû manquer tout au long de ces années inoubliables. A bientôt donc dans les colonnes du Huchet !

Sens, Patrice Mournetas, le 1er décembre 2017.

Que sont-ils devenus ? Dany CAILLE

"Dany Caille est entrée au ministère de la Défense par volontariat pour le service à la Poste aux armées en 1993. Après un long passage par le centre de tri des armées de Reuilly-Diderot, principalement en brigade de nuit, elle a reçu une affectation au Bureau Postal Militaire d'Orléans-Bricy (BPM). Elle y est restée jusqu'à ... Lire la suite

Soyez le 1er à laisser un commentaire

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération.