Nice,
salon de l'écrivain soldat

11 oct. 2016

Samedi 8 octobre 2016, a eu lieu à Nice le salon de l'écrivain soldat, premier du genre. Une vingtaine de personnes exposaient leurs ouvrages. L'amicale de la Poste aux armées était présente en la personne de son président, Patrice MOURNETAS et de son vice-président Daniel MATHIEUX. Ils présentaient deux livres, celui de notre ancien collègue (décédé en début de cette année), Gaston-Jean Gautier et celui plus récent de Pierre Couesnon.
        Synopsis des deux livres présentés :
1)  Le livre : “Le facteur s’en va-t-en guerre » écrit par Gaston-Jean GAUTIER (qui était un personnel de la Poste aux armées) et dont Claude-Bernard AUBERT en réalisera un film interprété par Charles Aznavour, Daniel Ceccaldi, Michel Galabru, Jacques Richard, pour les plus célèbres.
Pour résumer, en 1954, un facteur parisien, lassé par son travail, s'engage comme volontaire militaire pour servir à la Poste aux armées, pour destination l'Indochine, et se retrouve en pleine guerre. Témoin privilégié de ces conflits qui ont ébranlés la péninsule indochinoise, il en subira les conséquences, prisonnier du Viet Minh, rescapé miraculeux des camps, il rentrera en France affaibli et marqué pour le restant de ses jours. Il retournera à La Poste jusqu'à sa retraite.

2)  Le livre : « Le service postal dans les armées 1968/2010 » de Pierre COUESNON.
En résumé : Depuis la fin des années soixante la Poste aux armées, la Poste navale puis la Poste interarmées ont été présentes sur tous les théâtres d’opérations où la France était engagée. Au moment où une profonde mutation a entraîné la mise en sommeil du service de la Poste interarmées et engendré une autre structure, Pierre COUESNON nous invite à découvrir l’organisation, le fonctionnement, les matériels et les traditions d’un service méconnu ainsi que les spécificités des hommes et des femmes qui ont assuré un soutien majeur et exemplaire à tous nos soldats, marins et aviateurs en garnison, en mission ou en opération. Les philatélistes ne sont pas oubliés puisque tous les bureaux, annexes et agences avec leurs timbres à date et leurs différents cachets postaux y sont répertoriés.
Cet excellent livre vient compléter l’ouvrage de Maurice Ferrier intitulé "La poste aux armées" publié aux éditions SUN en 1975 (déjà en coopération avec l’amicale de la poste aux armées) et qui est malheureusement désormais difficile à trouver même d’occasion.

Cette première du salon de l'écrivain soldat a été initiée par MM. Jean-Pierre Hutin, Philippe de Parseval et Jacques Peyrat, ancien maire de Nice, "dans la veine ou tout du moins l'intention, de Dorgeles, Genevoix, Giono, Bernanos, Cendrars, Peguy et tant d'autres qui ont combattu, vécu et écrit..." notait-il.
"A l'hôtel Splendid, par moment c'était aussi celui de la nostalgie, des points de vue tranchés, des sujets qui divisent toujours, Indochine, Algérie souvent mises au cœur de l'ouvrage", mentionne le journaliste de Nice Matin (PP).
Jean-Pierre Hutin présentait son ouvrage "Les enfants de Sidi-Ferruch", il rajoute, les gens qui sont confrontés à des choses extraordinaires croient qu'après des années, elles sont enfouies, qu'elles ont disparu. Et puis, elles réapparaissent...".
Philippe de Parseval a écrit : "La dérive du continent africain". Il précise "avoir réagi contre la repentance dont on nous rebat les oreilles...".
Jacques Peyrat se positionne en témoin engagé : " ...ces combats qui ont forgé l'âme de la France, la réalité nationale, sont mal racontés dans nos écoles. Le rôle des soldats écrivains est de faire connaître, de raconter ces grands combats, ces grandes divisions qui ont fait le particularisme de la nation française". Son livre "Les joutes de l'arène" retrace les événements de ces 85 dernières années afin de les faire connaître à ceux qui ne les ont pas vécu.
Rencontre singulière aussi, le colonel Raphaël Bernard, actuellement chef opérations de la 1ère Division de Besançon, il a été chef de corps du 1er régiment d'Artillerie de 2013 à 2015. Il a notamment servi sous l'égide de l'ONU au Liban, au Sahara Occidental, en Côte d'Ivoire et au Mali. Son livre "De sueur et de sable" retrace ces 14 jours pour rouvrir l'axe Nord au Mali en décembre 2014.
L’aumônier militaire, Richard Kalka, était présent, son livre "Dieu désarmé, journal d'un curé de campagnes" parle de "la foi de ces soldats qui n'est pas forcément religieuse. Ils s'engagent pour quelque chose. On dit souvent pour l'aventure, mais il y a plus que ça. Ils ont des valeurs qu'ils ne savent pas forcément exprimer. Une fraternité d'armes. On sent la bonté. Une amitié presque éternelle quand on rentre dans ce milieu". Le journaliste de Nice matin (PP) pointe le titre -Dieu désarmé-, l'auteur reprend : "Parce que Dieu n'a pas d'arme. Parce qu'on ne se bat pas au nom de Dieu. Les guerres de religions n'existent pas. On profite seulement de la religion...". L'article de presse termine par : "Propos d'un prêtre qui partageait hier la table avec des frères d'armes, avec l'ombre de hauts gradés oubliés, avec des souvenirs qu'il n'appartient pas de juger mais qu'il est permis de commenter".


PM-Sens, le 10 octobre 2016.

Soyez le 1er à laisser un commentaire

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont soumis à modération.