L'UNATRANS, rencontre l'APAA.

C'est au cours de la cérémonie organisée par la FNARH (Fédération Nationale des Associations de personnel de La Poste et d'Orange pour la Recherche Historique) à l'occasion du lancement d'un ouvrage "Les PTT se transforment 1970-1990" que le Président de l'UNATRANS (Union Nationale des Associations des Transmissions), le Général de division Yves-Tristan BOISSAN, et le Président de notre amicale de la Poste aux armées, Patrice MOURNETAS, se sont rencontrés.
En résumé des discussions, il en découle qu'aux cours de nos activités de postiers militaires, tant en métropole qu'à l'étranger, nous avons côtoyé les transmetteurs et ce, au quotidien, avant que l'Internet et Intranet supplantent les opérations électriques d’antan, ce temps que nous avons tous connu !
Qui n'a pas oublié les messages (le fameux rouleau en liasse de trois feuillets, un blanc, un rose et un bleu que la machine éjectait dans un déroulement rapide au son du crépitement des caractères qui s'imprimaient) du matin à enregistrer sur un carnet spécifique et à transmettre à l'échelon hiérarchique en tout début de vacation, sans retard et sans se tromper sur la couleur. La copie blanche était destinée à l'archivage, la rose servait à noter le traitement qui en était fait pendant que la bleue informait le directeur de la Poste aux armées et des chefs de service. Ces documents circulaient ensuite auprès des équipes dirigeantes respectives, chacun y portant son visa et éventuelles annotations, preuve de la connaissance prise en la matière ; et surtout du suivi qui en avait été fait (sans tarder, lui aussi) ! Le plus souvent des réponses à y apporter.
Par un passé récent, cette position de travail revêtait une fonction importante, pour ne pas dire primordiale dans la communication, d'ailleurs l'opérateur du bureau postal militaire (BPM) (en général des bureaux postaux militaires au trafic important) avait en charge (sous sa responsabilité) la "grosse machine" Sagem. Il occupait un poste de travail à part entière et il avait reçu au préalable une formation spécifique de plusieurs jours auprès du service des transmissions du casernement. A Paris, BPM de PA01 de Reuilly-Diderot (ensuite Vincennes), en Allemagne (FFA), à Djibouti, en Polynésie (Comtrans du Taaone), et certains autres bureaux étaient équipés d'un poste Telex. Par le passé, ce fut un personnel civil, soit de La Poste ou de la Défense qui officiait à la manœuvre. C'est lui qui recevait les messages et les transmettait (ZCZCZC pour débuter l'entête) en pianotant sur la bruyante bécane, mais aussi à l'aide de la bande à trous avec laquelle il pouvait dupliquer les messages à la demande. Parfois lorsque le rouleau était arrivé en fin de parcours et le temps de le changer, le Sagem continuait son crépitement et grâce à la bande blanche perforée de trous qui correspondaient aux caractères de l'alphabet, il était ainsi possible de reproduire les messages manquants. Rarement, les deux bandes tombaient en panne ensemble, cela arrivait lors de manipulations intempestives d'un débutant, alors il fallait appeler le centre "Trans" pour nous les rediriger.
Donc chacun de nous a eu affaire avec les transmetteurs : les commandes de numéraires, de timbres-poste, de matériels et de fournitures de bureau, l'envoi des chiffres de la comptabilité journalière et mensuelle, les ordres de services, les télégrammes privés de La Poste à destinations des militaires (trop souvent porteur de mauvaises nouvelles de la famille) mais aussi les envois de télégrammes (ordinaires ou illustrés) effectués par ceux-ci, et la fameuse consigne de change que recevaient -tous les quinze jours- tous les BPM hors frontières nationales (Outre-mer et OPEX), et qu'il ne fallait surtout pas rater car sinon le bureau ne pouvait ouvrir aux prestations financières qui s'effectuaient en monnaie locale ou en dollars (En Ex-Yougoslavie, on utilisait aussi le Deutsch mark). Avant que la téléphonie ne soit un vecteur usuel, en OPEX, l'information du service à notre direction se faisait directement à la cabine téléphone du centre des transmissions, en minutes comptées, souvent par Inmarsat, l'inverse aussi, lorsqu'on recevait de notre direction (tiens j'ai des noms qui me reviennent...) des admonestations diverses (le plus souvent une remarque ferme sur une faute (plutôt erreur bien involontaire) constatée dans la comptabilité ou par exemple, un travail à fournir en retard comme les statistiques du bureau qui étaient le casse tête de beaucoup d'entre nous.
Plus récemment, la mise en place de l'informatique et des matériels liés et parfois (souvent) la connaissance approximative des logiciels, ont permis, une fois encore, de développer un relationnel fort utile et productif auprès des personnels des Transmissions. Que de patience et précieuses consignes (information, formation) ont été échangées alors.
Et comme chacun sait, ces activités obligées aidaient à la connaissance des autres acteurs du monde militaire dont le service des Transmissions était et est le passage obligé. Souvent le personnel des "Trans" développait et animait des moments de convivialité et de franche camaraderie lors de soirées barbecue ou manifestations sportives, des relations des plus amicales s'instauraient et les postiers militaires étaient conviés à rejoindre leur amicale (lorsqu'elle existait) et à participer à toutes les manifestations festives et officielles comme la Saint Gabriel.
Certains d'entre nous, auront connu des commandements sous l'Arme des "Transmissions" comme notamment à Mitrovica au Kosovo en Ex-Yougoslavie.
Au vu de tout cela (et des anecdotes autres ne manquent pas), quoi de plus naturel que d'envisager de lier à nouveau des liens par l'établissement d'une convention d'amitié et de partenariat entre l'UNATRANS et l'APAA.

Souvenons nous, postiers militaires, que l'insigne de notre amicale est le myosotis ! Selon une légende fort ancienne, cette fleur signifie "ne m'oubliez pas". Alors si l'on ne veut pas que l'on nous oublie, il est impératif de conserver ces belles relations humaines de notre temps de l'activité lorsque la Poste aux armées rayonnait au sein des services de la Défense sur tous les théâtres d'opérations, d'après guerre (Seconde Guerre mondiale pour les postiers détachés de La Poste à la Défense)  jusqu'en 2015 !

D'ores et déjà un lien existe sur notre blog pour pouvoir consulter le site de l'UNATRANS et nous ne manquerons pas de vous tenir informé de suites données à ce dossier.
Nous adressons nos remerciements au Général de division Boissan qui est le fervent acteur à ce rapprochement.
PM, le 20/09/2016

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

AAPAA, assemblée générale statutaire
du 25 novembre 2017

Que sont-ils devenus ? Jacques DUPLAT.

Réunion du CA le 17 juin 2017